Les étages de la végétation

La température, les précipitations et périodes de végétation varient avec l'altitude. Arbitrairement, on détermine 5 étages de végétation. Ces changements se font naturellement de manière graduée, mais on peut repérer dans le paysage des zones de transitions.

Ces 4 étages sont les suivants: étage collinéen, étage montagnard, étage subalpin, étage alpin, étage nival.

Suivant la région du Valais dans laquelle on se trouve, l'importance et l'altitude de ces étages peut varier. A titre d'illustration, une coupe transversale du Val d'Illiez, reliant la Pointe de Bellevue à la Dent de Valerette. Nous nous trouvons ainsi sur le versant nord nord-ouest des Dents-du-Midi.

"Connaître la nature en Valais - La Flore" Philippe Werner - Ed. Pillet - Martigny, 1988

Etage montagnard: jusqu'à 1000 m environ, la végétation ressemble à ce que l'on retrouve en plaine. Les arbres sont principalement des feuillus.

Etage subalpin: jusqu'à 1500 m environ, les feuillus cèdent la place aux résineux, le sapin principalement ainsi que l'épicéa. En prenant de l'altitude, la proportion d'épicéa augmente.

Etage alpin: dépourvu d'arbre, cet étage est composé de pelouses alpines. On y trouve une flore variée ainsi que des arbrisseaux nains (saule nain, saule réticulé). La jonction entre l'étage subalpin et alpin est appelée zone de combat. Dans cette zone de transition, les arbres s'accrochent "désespérément" à la pente. Malmenés, par les vents violents, les chutes de pierre et les avalanches, ils deviennent de plus en plus petits, rabougris, et finissent par disparaître dans la zone alpine.

Etage nival: s'étend jusqu'aux sommet les plus hauts. C'est un monde minéral soumis aux rigueurs les plus extrêmes. Ensoleillement, vents violents, écarts de températures importants, la vie doit faire preuve de grande capacités d'adaptation pour s'y hisser et s'y maintenir. 

 Sébastien Tinguely                                                                  

© 2016 Sébastien Tinguely