Identification à partir du crâne

L'identification de crânes sur le terrain peut se faire de la famille jusqu'à l'espèce. Pour les rongeurs, l'examen détaillé de la dentition et de la table d'usure est indispensable pour déterminer le genre et naturellement l'espèce. Avant d'effectuer les manipulations, il faut respecter les mesures d'hygiène. Les os sont en effet convoité par de nombreux opportunistes. Ils auront été manipulés, mâchés, marqués. Le port de gants est donc conseillé.

La méthode que je propose ci-dessous concerne les mammifères exclusivement. Elle est simple et permet de rapidement de discerner les carnivores / insectivores, des herbivores. 

Cliquez sur les photographies pour les agrandir.

Absence de diastème: Carnivores / Insectivore

Présence de Carnassières                   Carnivores

Les carnassières sont des molaires respectivement prémolaires modifiées sur la mâchoire inférieure / supérieure en véritable ciseaux. Cette dent est caractéristique des carnivores. Elle leur permet de déchirer efficacement les chairs.

Chat domestique:

Chez ce chat domestique, on observe clairement les canines et les carnassières, caractéristiques des carnivores.

Lynx lynx:

                                                                        

                                       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Absence de carnassières                   Insectivores

 

 

Présence d'un diastème: Herbivores

 

DSC_3969.jpg
DSC_3974.jpg
Lynx 2.jpg

Sur ce specimen, les carnassières ont été perdues. On voit malgré tout les deux grands trous où elles viennent se loger. On remarque également l'importance des arcs zygomatiques. Ces points d'insertions des muscles de la mâchoire sont importants chez les carnivores.

De profil, la taille des canines ne laissent aucun doute sur le régime alimentaire de l'animal.

Lynx 1.jpg

Renard roux:

Tout comme chez les félidés vu ci-dessus, on retrouve les mêmes caractéristiques crâniennes et dentaires.

En tous les cas, on remarquera également l'absence totale du diastème, caractéristiques des familles herbivores.

renard.jpg
renards 2.jpg
hérisson.jpg
hermine.jpg

Hermine:

Ci-contre, le profil d'un crâne d'hermine adulte. On y voit les carnassières droites supérieures et inférieures en occlusion normale. Elles agissent comme un véritable ciseaux sur les chairs de la proies. 

hérisson.jpg

L'absence de diastème ainsi que de carnassières nous oriente vers un autre groupe de mammifères. Prédateurs également, ils ont besoin d'une dentition adéquate afin de percer et broyer les téguments (composés essentiellement de chitine) coriaces des invertébrés tels que les insectes. Il s'agit de l'ordre des Insectivores. On y rencontre les Chiroptères, les musaraignes ainsi que les hérissons. Sans pour autant porter de canines et de carnassières, leurs dents, pointues et acérées, trahissent clairement un régime alimentaire de prédateurs.

Le diastème est l'espace compris entre les incisives et les molaires. Il est typique des herbivores. Rongeurs, Duplicidentés, Artiodactyles et Périssodactyles. Chez les chevaux, c'est là que vient se placer le mord.

Ci-dessous, la mandibule d'un chevreuil. On y voit bien le diastème (ou barre) séparant incisives des molaires.

herbivore.jpg

Apparaissent également au complet sur cette mandibule les incisives. Elles permettent à l'animal de pincer et couper les herbes qu'il aura au préalable détecter avec ses lèvres particulièrement sensibles. Notons l'absence d'incisives sur la mâchoire supérieure.

DSC_3954.jpg

Ci-dessous un crâne de l'ordre des Rongeurs. Il est caractérisé non seulement par le diastème, comme les autres herbivores, mais également par des incisives particulièrement développées. Leur croissance est continue, la paire inférieures s'usant la paire supérieure. Elles sont également employées pour creuser les galeries comme chez le Campagnol souterrain (Arvicola terrestris). Les molaires sont également caractéristiques. Elles permettent le broyage d'une nourriture herbacée voire ligneuse particulièrement dure. La surface est appelée table d'usure. On emploie leur morphologie pour une détermination fine de l'espèce. Ici, il s'agit du campagnol des champs (Microtus arvalis)

Derniers herbivores abordés ici, les lagomorphes. Ils présentent les mêmes caractéristiques que celles évoquées ci-dessus, mais ont une particularité supplémentaire. A la mâchoire supérieure, les lagomorphes ont deux paires d'incisives, l'une derrière l'autre. On les appelle pour cette raison les Duplicidentés. Comme chez les rongeurs, leur croissance est continue. Il peut arriver que les dents (molaires et/ou incisives) ne se fassent pas parfaitement face. Cela conduit à une mauvaise usure, voire une non-usure des dents. L'issue est fatale, à moins que l'on coupe régulièrement les incisives avec une pince.

Microtus arvalis.jpg
duplicidenté.jpg
détail duplicidenté.jpg

 Sébastien Tinguely                                                                  

© 2016 Sébastien Tinguely