Identification d'empreinte

L'empreinte résulte de l'interaction entre l'animal et le substrat. Il faut donc tenir compte de ces deux éléments pour bien comprendre les conditions de formation de l'empreinte et ainsi interpréter au plus juste cette dernière.

 

Le membre des vertébrés s'est adapté à la marche, course et nage par différentes modifications notamment un relèvement dans sa partie terminale. Allongement des membres, relèvement progressif des métacarpes (et métatarses) et diminution du nombre de doigt sont les principales transformations ayant eu lieu.

Eléments d'anatomie

Selon la position des membres par rapport au sol, on distingue 3 groupes: 

Les plantigrades (homme, ours, hérisson)

Les digitigrades (chat, chien)

Les onguligrades (chamois, rhinocéros)

Source: Beaumont et Cassier - Anatomie comparée des Vertébrés - Dunod 1994

Passons en revue ces trois groupes et voyons les modifications et particularités anatomiques de chacun d'eux.

Chez les plantigrades (qui marchent sur la plante des pieds), métatarses et métacarpes (nommé métapodes) sont indépendants les uns des autres, et donc mobiles. Ils sont formés de 5 os qui reposent à même le substrat et se poursuivent en 5 doigts composés de phalanges.

Chez les digitigrades (qui marchent sur les doigts), le métapode ("M" achuré sur le dessin) s'est relevé.

Chez les onguligrades (qui marchent sur les ongles), le métapode ainsi que les phalanges se sont relevés, si bien que seule la dernière phalange entre en contact avec le substrat. Les os composant le métapode peuvent fusionner pour ne former qu'une seule structure osseuse (os canon). Cela est souvent accompagné d'une réduction du nombre de doigts. L'exemple extrême est le cheval qui n'a plus qu'un doigt (ergots et châtaignes sont probablement des os vestigiaux des anciens doigts)

Les onguligrades sont divisés en Périssodactyles (chevaux, Rhinocéros) au nombre impaire de doigts, et Artiodactyles (chamois,chevreuil) au nombre paire de doigts.

Parmi les mammifères onguligrades, ce sont les artiodactyles qui nous intéressent. Ce sont leurs empreintes que l'on rencontre fréquemment dans la boue, ou la neige. Les deux doigts qui marquent sont les équivalent de notre majeur et de notre annulaire.

Anatomie de l'empreinte

Empreinte d'Ongulé:

Comme vu ci-dessus, ce sont les doigts III et IV (équivalent du majeur et annulaire du primate) qui forment l'empreinte chez les ongulés. Le sabot est composé de kératine. La partie antérieure, effilée, s'appelle la pince. Le talon, nommé éponge, est particulièrement souple et élastique. Véritable semelle Vibram, il assure une adhérence particulièrement développée chez le bouquetin. Le dessin ci-dessous à gauche illustre en vue ventral les sabots d'un bouquetin ("Sur les traces des bouquetins d'Europe,Eric Weber, D&N 1994). A droite une vue frontale d'un bouquetin illustrant la capacité d'adhérence du sabot (du principalement à l'éponge) sur un rocher humide.

Ci-dessous, vue sur les pattes antérieures d'un bouquetin. Le sabot repose clairement sur l'éponge.  L'adhérence est ainsi assurée même sur cette roche constamment humide à la fonte des neiges.

Empreinte de Digitigrade:

Les éléments marquants chez les digitigrades sont les pelotes. Ce sont elles qui forment la marque. La netteté de l'empreinte dépend de nombreux facteurs; de l'état du substrat lors de sa formation, à la transformation du substrat entre la formation de l'empreinte et son observation. La photographie ci-dessous illustre les différents types de pelotes sur une empreinte d'écureuil roux (à gauche) et sur une empreinte de lynx (à droite) (cliquez sur l'image pour l'agrandir).

DSC_0677.jpg
DSC02563.jpg

La lecture des empreinte (l'ichnologie) est une activité passionnante qui permet, moyennant un substrat coopératif, une lecture de l'activité animale. Elle remet sans cesse en question notre regard, nous poussant à faire preuve d'objectivité pour ne pas tomber dans le piège de "voir ce que l'on aimerait voir", mais de voir réellement, et uniquement, les informations que l'empreinte nous fournit.

Avec de l'habitude, la lecture d'empreinte fournit foule de renseignements, permettant notamment une détermination jusqu'à l'espèce. Afin d'approfondir cette approche faunistique, je vous propose des sorties et ateliers pour lesquels vous trouverez toutes les informations en cliquant sur le propriétaire de l'empreinte ci-dessous: 

Renard

Blaireau

Ecureuil

 Sébastien Tinguely                                                                  

© 2016 Sébastien Tinguely